fbpx
Mincir et stabiliser son poids grâce au Qi Gong…

Mincir et stabiliser son poids grâce au Qi Gong…

Mincir et stabiliser son poids grâce au Qi Gong…

img ban mtc
Agir sur les dépenses énergétiques de son corps et contribuer à réduire et à réguler son poids, c’est l’effet bénéfique que permet la pratique du Qi Gong. Découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette méthode chinoise. A quoi correspond exactement cette discipline et en quoi la pratiquer est-il excellent pour la ligne ?

La perte de poids est souvent considérée comme tributaire de régimes difficiles à tenir voire de fringales. La prise de poids quant à elle est généralement associée à un excès alimentaire. Le manque d’exercice est plus rarement mis en cause.

En réalité, l’excès de poids provient d’un déséquilibre entre l’absorption d’énergie au travers de l’alimentation (les calories) et les dépenses d’énergie pour brûler les calories (l’exercice). Le stress, les contrariétés, les problèmes de digestion peuvent également contribuer à la prise de poids.

 

Les principes du Qi Gong

Cette discipline encore méconnue il y a peu en France a désormais fait une apparition remarquée dans les grandes villes et, si vous vivez à Lyon, Strasbourg, Marseille, Lille ou Paris, nul doute que des cours sont organisés près de chez vous. Vous avez peut-être même déjà aperçu dans des parcs des adeptes du Qi Gong. Aujourd’hui, cette discipline fait même partie intégrante de l’accompagnement de malade du cancer dans les hôpitaux !

Le Qi Gong est une gymnastique traditionnelle mais également un ensemble d’exercices de respiration que l’on pratique en Chine. Cette discipline aurait vu le jour autour du cinquième siècle de notre ère. Reposant sur une bonne connaissance et une maîtrise des énergies vitales, elle associe des mouvements lents et mesurés à des exercices de concentration et de respiration. Elle peut se pratiquer en salles mais également en plein air, comme dans des parcs, sur la plage ou même chez soi ou sur le lieu de travail. Pour les Chinois, il s’agit d’une gymnastique douce, indispensable à une bonne hygiène de vie.

 

Un travail sur le corps

qi-gong-regimeLe Qi Gong a pour but d’accroître la maîtrise du corps. Pour cela, la discipline comprend tout un répertoire de mouvements, généralement très lents, que l’on doit répéter en séquences mais également un certain nombre de postures immobiles, à tenir pendant des durées plus ou moins longues ainsi que des étirements et des mouvements d’ondulation. Des exercices respiratoires sont également au programme ainsi que des moments de méditation et de concentration. Les adeptes du Qi Gong soulignent l’intérêt de la discipline dans le cadre d’un régime, la pratique de cette gymnastique douce favorisant un véritable épanouissement du corps ainsi qu’un contrôle musculaire accru et une endurance augmentée.

Concrètement, le Qi Gong favorise la perte de poids dans la mesure où les exercices permettent l’élimination et le nettoyage de l’organisme de l’intérieur. A l’élimination des graisses et des toxines s’ajoutent donc les dépenses énergétiques que l’on fait au cours des exercices Qi Gong, ce qui justifie son efficacité sur l’amaigrissement et/ou le maintien d’un poids stable.

 

Des bienfaits multiples

Le Qi Gong favorise la concentration et l’apaisement. Pour cette raison, il est valorisé dans des domaines très variés, comme notamment le monde professionnel, l’univers sportif, la sphère sociale ainsi que l’expression créatrice. Certains médecins lui prêtent même des vertus positives sur la sexualité.

Le Docteur Massey rapporte également que plusieurs participants de ces études sur le Qi Gong font état d’un niveau accru d’énergie, d’un meilleur sommeil, d’une douleur réduite, d’une digestion améliorée, d’une réduction de leur stress, d’un besoin réduit de prendre des médicaments pour contrôler leur pression artérielle et d’une capacité accrue à gérer les effets secondaires de leurs traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie.

Le Docteur Massey affirme que le concept de « mise en forme » implique trop souvent des exercices vigoureux et une sudation abondante tandis qu’il serait possible, dit-il, de tirer des bienfaits pour la santé d’exercices modérés, comme le Qi Gong.

En plus, en favorisant la méditation sur soi, le Qi Gong est excellent pour toutes les personnes angoissées. Or, c’est bien connu, le stress joue un rôle primordial dans la constitution des désordres alimentaires et sur la prise de poids. Pratiquer une activité méditative a donc un impact positif sur l’hygiène de vie en général mais également sur la ligne.

 

2 Exercices facile de Qi Gong pour perdre du poids

Le Qi Gong comporte deux séries d’exercices qui ont un effet sur l’élimination et le nettoyage intérieur, la première s’appelant « exercice d’ouverture » et la seconde « exercice de fermeture». 

L’exercice d’ouverture :
On commence naturellement par l’exercice d’ouverture qui se pratique en position debout, les pieds parallèles et écartés de la largeur des épaules. On pose ensuite les mains croisées sur le nombril tout en imaginant une énergie parcourir le ventre à chaque fois qu’on inspire.

Après avoir répété le mouvement 20 fois, on effectue un mouvement circulaire avec les bras. Pour cela, on part du nombril, les mains orientées vers le sol. Puis, une fois les mains arrivées au front, il faut les ouvrir latéralement jusqu’à leur retour sur le nombril. A refaire 30 fois.

L’exercice de fermeture
En gardant la même posture, on pose les mains sur le nombril. Au lieu de suivre un mouvement circulaire comme pour le cas du premier exercice, les mains se séparent l’une de l’autre comme si un ballon qui gonfle progressivement les écartait.

Toujours en imaginant un ballon fictif, on le soulève à la hauteur de la poitrine. Ensuite, on resserre les mains et on les rouvre aussitôt, comme poussées par un ballon.

Pendant l’enchaînement, on inspire pendant que les mains se séparent et on expire quand elles se rejoignent (en imaginant que le ballon se dégonfle).Les deux mouvements sont à alterner en les effectuant 15 fois.

 

Pour en savoir plus et commencer à pratiquer la Médecine Traditionnelle Chinoise en apprenant les gestes qui soignent, depuis chez vous et dès maintenant lisez cet article sur la page suivante => La Médecine Traditionnelle Chinoise : Un point – Un geste – Une plante

img ban mtc
8 façons dont le Yoga améliore votre Santé…

8 façons dont le Yoga améliore votre Santé…

Le yoga le plus pratiqué, le hatha yoga, combine à la fois des exercices de respiration, des enchaînements de postures de yoga et de la méditation. Comprenez-bien que ces exercices n’ont pas été choisis « par hasard ». Ils ont au contraire été testés, améliorés et affinés pendant des siècles, avec rigueur et minutie.

pilates_728x90

Pour optimiser leur méthode, les pionniers du yoga ont effectué des milliers d’observation, sur des milliers de pratiquants… Et c’est ce qui en fait aujourd’hui une pratique incomparable, qui agit sur tous les points clés de notre santé.

D’abord, le yoga renforce les muscles, assouplit le corps et améliore l’endurance. Ce sont les trois ingrédients d’une activité physique complète, qui produit en elle-même d’excellents effets thérapeutiques.

Article Connexe : Yoga, une arme fabuleuse contre le Cancer…

Mais le yoga n’est pas seulement une « gymnastique ». Elle permet aux muscles de fonctionner en harmonie, elle améliore la posture et redonne au corps son unité et sa cohérence…. soit les mêmes effets que la kinésithérapie !

« Comme le ferait un fer à repasser sur un linge froissé, toutes les crispations de la journée sont éliminées une à une avec le yoga », explique le Dr Lionel Coudron… Exactement les mêmes effets qu’un massage professionnel !

Plus profondément, le yoga est aussi une forme de psychothérapie douce : grâce à ses effets « relaxant », il améliore l’estime que vous avez de vous-même et vous aide à ne plus vous laisser emporter.

refelxo_300x250Les exercices de respiration ont un rôle fondamental dans la gestion de vos émotions. Avez-vous remarqué que votre respiration s’accélère naturellement lorsque vous avez peur, que vous vous mettez en colère ou que vous êtes agité ?

Eh bien lorsque vous vous efforcez au contraire de ralentir votre respiration consciemment, vous obtenez le résultat inverse, un état général de paix mentale.

Ajoutez à cela la méditation et la visualisation du hatha yoga, et vous réussissez en plus à chasser vos pensées négatives et à adopter une attitude plus sereine par rapport aux événements, même les plus douloureux.

Article connexe13 positions de Yoga qui vont booster votre vie sexuelle…

Nous avons déjà parlé des effets du yoga contre le cancer, et pas de ses myriades d’autres bienfaits thérapeutiques prouvés scientifiquement.

Voici 8 raisons pour lesquelles le Yoga est bon pour votre Santé :

  1. Il régule votre tension artérielle [14]
  2. Il améliore la santé des patients victimes de maladies cardiaques graves [15] [16];
  3. Il réduit vos symptômes et améliore votre qualité de vie si vous êtes asthmatique [17];
  4. Il agit contre l’arthrose et l’ostéoporose [18] : le yoga fluidifie vos articulations [19], élimine la douleur et fortifie vos os [20] ;
  5. Il vous soulage en cas de douleur chronique au dos (lombalgie) [21] ou à la nuque [22] ;
  6. Il aide à réduire votre stress [23],
  7. Il vous aide à booster votre humeur [24];
  8. Il améliore votre sommeil [25] – des effets qui ne sont bien sûr pas réservés aux patients atteints de cancer !

Il y a aussi les effets thérapeutiques moins connus du yoga contre le glaucome [26], l’incontinence urinaire [27], les pulsions alimentaires [28] ou la sclérose en plaque. [29]

Source : 

https://www.sante-corps-esprit.com/

[14] Yoga for hypertension: a systematic review of randomized clinical trials, Posadzki P, Dare reviews, 2014 [15] Effects of Yoga in Patients with Chronic Heart Failure: A Meta-Analysis, Gomes-Neto M et al, Arq Bras Cardiol. 2014 Nov http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25317861

[16] Effect of yoga on arrhythmia burden, anxiety, depression, and quality of life in paroxysmal atrial fibrillation: the YOGA My Heart Study, Lakkireddy D et al, J Am Coll Cardiol. 2013 Mar

[17] Yoga for asthma, Yang ZY et al, Cochrane Database Syst Rev. 2016 Apr

[18] Yoga for rheumatic diseases: a systematic review, Cramer H et al, Rheumatology (Oxford). 2013 Nov

[19] Yoga in Sedentary Adults with Arthritis: Effects of a Randomized Controlled Pragmatic Trial, Moonaz SH et al, J Rheumatol. 2015 Jul

[20] Twelve-Minute Daily Yoga Regimen Reverses Osteoporotic Bone Loss, Lu, Yi-Hsueh PhD et al, Topics in Geriatric Rehabilitation, june 2016

[21] A systematic review and meta-analysis of yoga for low back pain, Cramer H et al, Clin J Pain. 2013 May

[21] Yoga for chronic neck pain: a pilot randomized controlled clinical trial, Michalsen A et al, J Pain. 2012 Nov

[23] Yoga as an alternative and complementary approach for stress management: a systematic review, Sharma M, J Evid Based Complementary Altern Med. 2014 Jan

[24] Effects of yoga versus walking on mood, anxiety, and brain GABA levels: a randomized controlled MRS study, Streeter CC et al, J Altern Complement Med. 2010 Nov

[25] Efficacy of yoga for vasomotor symptoms: a randomized controlled trial, Newton KM et al, Menopause. 2014 Apr

[26] Intraocular Pressure Rise in Subjects with and without Glaucoma during Four Common Yoga Positions, Jessica V. Jasien, PLOS, dec 2015

[27] Specialized Yoga Program Could Help Women with Urinary Incontinence, Elizabeth Fernandez, UCSF 2014

[28] Yoga Takes A Bite Out Of Eating Disorders, Science Daily, 2005

[29] Yoga and Aquatic Exercise Can Help Combat MS symptoms, University of Basel, 2016

Yoga, une arme fabuleuse contre le Cancer…

Yoga, une arme fabuleuse contre le Cancer…

Les effets du yoga sont tellement enthousiasmants qu’il est en train d’entrer dans les hôpitaux français… Cela vous paraît peut-être trop beau pour être vrai ?

Le yoga permet pourtant bien de traverser l’épreuve de la maladie avec d’autant plus de force qu’il :

Redonne de l’énergie à votre organisme – au moment où les traitements médicaux anti-cancer le malmènent;
Calme vos peurs, votre colère, ou vos ruminations – des émotions fréquentes après l’annonce du diagnostic;
Réduit les douleurs articulaires et musculaires – souvent aggravées par les traitements;
Regonfle votre moral et chasse la déprime ou dépression – qui accompagnent souvent la maladie;
Améliore la qualité de votre sommeil – ce qui renforce votre système immunitaire, au moment où vous en avez le plus besoin;
Et vous aide à lâcher prise, à vous reconnecter à votre corps, à vos besoins, et à votre esprit – une démarche essentielle pour guérir.

 

Des séances de yoga à deux pas des blocs opératoires

Grâce au Dr Caroline Cuvier, cancérologue, cela fait 5 ans que les femmes atteintes d’un cancer du sein bénéficient automatiquement de séances de yoga gratuites, à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Les séances ont lieu dans les locaux même de l’hôpital, pas très loin des salles d’opération !

Elle explique :

« L’activité physique diminue le taux de récidive des patientes atteintes d’un cancer du sein. Elle permet aussi d’améliorer la qualité de vie pendant le traitement et de diminuer la fatigue. Le yoga, plus spécifiquement, a le mérite de s’adapter à la personne malade, de travailler sur la concentration pour mieux sentir son corps, et même le reconquérir. » [1]

Mélina, l’une de ses patientes, a témoigné des bienfaits que lui a apporté le yoga, elle qui a subi six mois de chimiothérapie et une intervention chirurgicale :

« Les nausées, la fatigue et l’anxiété m’empêchaient de respirer, j’avais un nœud à l’estomac en permanence. Les grandes respirations me libèrent, ça me donne de la force et de la confiance en moi. » [1]

Le yoga a également fait une entrée remarquée à la Pitié Salpêtrière, autre grand hôpital parisien. Ici, l’objectif est de soulager les douleurs chroniques, notamment celles de l’arthrose et de la lombalgie (mal de dos).

Cet effet « anti-douleur » (précieux en cas de traitement anti-cancéreux) est confirmé par le Dr Jocelyne Borel-Kuhner, qui a ouvert une consultation de yogathérapie dans un autre hôpital, celui d’Eaubonne dans le Val-d’Oise :

« Le yoga a des effets mécaniques – les étirements assouplissent les muscles –, mais aussi des effets sur le système nerveux. Une pratique régulière favorise la sécrétion d’endorphines qui calment la souffrance et diminue la production des substances inflammatoires. Elle agit à la fois sur la transmission et la perception de la douleur. » [1]

Tout cela, le Dr Borel Kunher l’a découvert grâce à un médecin visionnaire, pionnier de la yogathérapie depuis plusieurs décennies, le Dr Lionel Coudron.

Article Connexe : 8 façons dont le Yoga améliore votre Santé…

Longtemps, ce précurseur a prêché dans le désert. Les mentalités un peu fermées du monde médical n’étaient pas prêtes à accueillir cette tradition indienne millénaire.

Mais depuis quelques années, une floraison de publications médicales est venue lui donner raison, et prouver scientifiquement les incroyables effets du yoga sur la santé du corps et de l’esprit.

 

Une avalanche d’études scientifiques pour cette activité ancestrale

Rien que pour les patientes atteintes de cancer du sein, une douzaine d’études sont parues ces deux dernières années… avec des résultats enthousiasmants !

Toutes ont montré une diminution significative de la fatigue physique et mentale de ces patientes… après seulement quelques semaines à pratiquer le yoga. [4] [5] [6] [7]

A chaque fois, leur état a été comparé de façon très rigoureuse à un groupe similaire qui n’avait pas fait de yoga. Et à chaque fois, les patientes qui ont bénéficié du yoga ont vu leur qualité de vie s’améliorer de façon très nette.

Le yoga a aussi un effet moins visible mais très précieux : il réduit l’inflammation chez les patientes atteintes de cancer du sein , ce qui est d’autant plus intéressant que l’inflammation chronique est connue pour susciter et nourrir le cancer. [8] [9]

La qualité du sommeil est un autre problème courant en cas de cancer : après les traitements médicaux, 30 à 90 % des patients se retrouvent avec de sérieux troubles du sommeil. De quoi vous gâcher la vie… et accélérer votre risque de mort prématurée.

Mais une étude réalisée auprès de malades du cancer a montré qu’il suffisait de faire 2h30 de yoga chaque semaine pendant un mois pour voir la qualité de son sommeil nettement améliorée ! [10]

Article connexe : 13 positions de Yoga qui vont booster votre vie sexuelle…

Et ne croyez pas que l’effet du yoga se limite aux patientes atteintes de cancer du sein. Une autre étude récente montre les mêmes effets positifs sur la qualité de vie des hommes victimes de cancer de la prostate. [11]

Voilà pourquoi l’une des chercheuses les plus en pointe sur le sujet, le Dr Anita Peoples n’hésite pas à déclarer publiquement :

« A ce jour, on n’a rien trouvé d’aussi efficace que le yoga pour améliorer la qualité de vie des malades du cancer. » [12]

Même l’activité physique « classique » ne produit pas d’effets aussi puissants. [13] Le yoga est un véritable prodige thérapeutique !

Sources :
https://www.sante-corps-esprit.com

[1] Le yoga entre à l’hôpital, article paru dans Le Parisien Magazine[4] The effects of yoga on the quality of life and depression in elderly breast cancer patients, Yagli NV and Ulger O, Complement Ther Clin Pract. 2015 Feb[5] Effect of Yoga on cancer related fatigue in breast cancer patients with chemotherapy, Wang G et al, Zhong Nan Da Xue Xue Bao Yi Xue Ban. 2014 Oct[6] The effect of yoga exercise on improving depression, anxiety, and fatigue in women with breast cancer: a randomized controlled trial, Taso CJ et al, J Nurs Res. 2014 Sep[7] Restorative yoga for women with breast cancer: findings from a randomized pilot study, Danhauer SC et al, Psychooncology. 2009 Apr[8] Yoga reduces inflammatory signaling in fatigued breast cancer survivors: a randomized controlled trial, Bower JE et al, Psychoneuroendocrinology. 2014 May[9] Yoga’s impact on inflammation, mood, and fatigue in breast cancer survivors: a randomized controlled trial, Kiecolt-Glaser JK et al, J Clin Oncol. 2014 Apr[10] Multicenter, randomized controlled trial of yoga for sleep quality among cancer survivors, Mustian KM et al, J Clin Oncol. 2013 Sep[11] Yoga may lessen side effects in men undergoing prostate cancer treatment More men willing to participate in yoga therapy than expected, ScienceDaily, nov 2015[12] More men willing to participate in yoga therapy than expected, ScienceDaily, nov 2015 [12] Regular yoga can help cancer survivors, The Telegraph News[13] Certes, toute forme d’activité physique a en elle-même d’innombrables vertus pour la santé et devrait toujours être prescrite comme principal adjuvant anti-cancer. Mais le yoga est beaucoup plus qu’une simple « activité physique ». C’est ce qu’a montré de façon spectaculaire une étude de très haute qualité méthodologique, publiée en 2014 dans le Journal of Clinical Oncology (http://jco.ascopubs.org/content/early/2014/03/03/JCO.2012.48.2752.abstract). Les chercheurs ont sélectionné trois groupes de patientes sous radiothérapie pour cancer du sein : un groupe en liste d’attente, un groupe qui a bénéficié de séances d’étirement, et un groupe qui a suivi des cours de yoga – trois fois par semaine, pendant 1 mois et demi. Comme prévu, les séances de yoga comme les séances d’étirement ont nettement réduit la fatigue de ces patientes et amélioré leur qualité de vie globale. C’est l’effet « activité physique ». Mais sur tous les critères testés (fatigue, sommeil, qualité de vie) le yoga a obtenu de meilleurs résultats que les simples « étirements ». Le yoga s’est avéré particulièrement efficace à réduire le stress de ces patientes, dont le niveau était mesuré par des tests salivaires de cortisol (l’hormone du stress). Et ce n’est pas une étude isolée : elle a été confirmée par deux autres recherches publiées en 2015. En seulement 8 séances, le yoga fait mieux que les activités physiques classiques sur le niveau de dépression, de fatigue, de douleur et de qualité de sommeil de patientes atteintes de cancer du sein (http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25697379 / http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25567329)

La méditation améliore le cerveau ! C’est ce que révèle une étude d’Harvard…

La méditation améliore le cerveau ! C’est ce que révèle une étude d’Harvard…

De nombreuses études ont montré les nombreux avantages physiologiques de la méditation, et la dernière vient de l’Université Harvard. Une étude de huit semaines menée par des chercheurs de Harvard au Massachusetts General Hospital (MGH) a déterminé que la méditation reconstruit littéralement la matière grise du cerveau en seulement huit semaines. C’est la première étude à documenter que la méditation produit des changements au fil du temps dans la matière grise du cerveau. ( 1 )

« Bien que la pratique de la méditation est associée à un sentiment de calme et de relaxation physique, les praticiens ont longtemps prétendu que la méditation offre également des avantages cognitifs et psychologiques qui persistent toute la journée. Cette étude démontre que les changements dans la structure du cerveau peuvent expliquer une partie de ces améliorations signalées et que les gens ne se sentent pas seulement mieux parce qu’ils passent du temps de détente » . – ( 1 ) Sara Lazar du Programme de recherche neuroimagerie MGH psychiatrique et un instructeur Harvard Medical School en psychologie

banmtccarreL’étude a impliqué la prise d’images de résonance magnétique (IRM) du cerveau de 16 participants pendant deux semaines. Les images IRM des participants ont également été prises après que l’étude soit achevée.

« L’analyse des images IRM, qui a porté sur les domaines où les différences de méditation associées ont été observés dans des études antérieures, a trouvé une augmentation de la densité de matière grise dans l’hippocampe, connu pour être important pour l’apprentissage et la mémoire, et dans les structures associées à la conscience de soi, la compassion et l’introspection. » ( 1 )

Pour l’étude, les participants se sont engagés dans la pratique de méditation chaque jour pendant environ 30 minutes. Ces pratiques consistaient a se concentrer sur des enregistrements audio de méditation guidée, prise de conscience, non-jugement des sensations, des sentiments et de l’état d’esprit.

«C’est fascinant de voir la plasticité du cerveau et que, en pratiquant la méditation, nous pouvons jouer un rôle actif dans l’évolution du cerveau et pouvons augmenter notre bien-être et qualité de vie. D’autres études dans différentes populations de patients ont montré que la méditation peut apporter des améliorations importantes dans une variété de symptômes, et nous étudions actuellement les mécanismes sous-jacents dans le cerveau qui facilitent ce changement. »- ( 1 ) Britta Holzel, premier auteur de l’article et chercheur à l’Université de Giessen MGH et en Allemagne

Comment méditer ?

Une idée fausse commune sur la méditation, c’est que vous devez vous asseoir d’une certaine manière ou faire quelque chose en particulier pour atteindre les différents avantages qu’elle peut fournir. Tout ce que vous avez à faire est de vous placer dans une position qui est confortable pour vous. Cela peut être assis les jambes croisées, couché dans un lit, assis sur un canapé, etc, c’est votre choix.

Une autre idée fausse commune au sujet de la méditation, ce est que vous avez à « essayer » de vider votre esprit. Un facteur important, que j’ai apprécié a la lecture de l’étude mentionnée ci-dessus est que les participants étaient engagés dans « la conscience du non-jugement des sensations, des sentiments et de l’état d’esprit. » En méditant, vous ne devriez pas essayer de faire le « vide » dans votre esprit. Au lieu de cela, essayez de laisser vos pensées, les sentiments et les émotions que vous ressentez à l’écoulement du temps. Ne les jugez pas, laissez-les aller et venir et être en paix avec elle. Le vide se fera plus tard, tout seul.

Article connexe : La Pleine conscience – Une méditation qui améliore notre santé

Je crois aussi que la méditation est un état d’être / esprit plus qu’autre chose. Je pense que l’on n’a pas à s’asseoir pendant une demi-heure et « méditer » pour ainsi dire, afin de récolter les avantages de celui-ci, ou de s’engager dans la pratique elle-même. On peut être engagé dans la méditation alors qu’on est sur un pied, par exemple, ou juste avant de dormir. Tout au long de la journée, on peut résister à juger nos pensées, laisser couler jusqu’à ce qu’ils ne soient plus, ou tout simplement être dans un état constant de paix et de la conscience de soi. Contrairement à la croyance populaire, il y a plus d’une façon de méditer.

« Vous devez comprendre une des choses les plus fondamentales sur la méditation: qu’aucune technique conduit à la méditation. Les anciennes soi-disantes techniques et les nouvelles techniques de biofeedback scientifiques sont les mêmes dans la mesure où la méditation est concerné. La méditation n’est pas un sous-produit d’une technique. La méditation arrive au-delà du mental. Aucune technique ne peut aller au-delà l’esprit « -. Osho.

=> Pour en Savoir Plus

reflexologie728x90

Sources:
(1) http://news.harvard.edu/gazette/story/2011/01/eight-weeks-to-a-better-brain/

http://www.princeton.edu/~achaney/tmve/wiki100k/docs/Grey_matter.html

Traduit par http://stopmensonges.com/

La Pleine conscience – Une méditation qui améliore notre santé

La Pleine conscience – Une méditation qui améliore notre santé

Bien loin des pensées et des méditations philosophiques cartésiennes, cette forme méditative inspirée des sagesses orientales suscite l’intérêt des neuroscientifiques et psychologues, car elle favorise un état mental qui prémunit contre le stress et la dépression. La Pleine conscience ou mindfulness est la qualité de conscience qui émerge lorsque l’on tourne intentionnellement son esprit vers le moment présent. La Pleine conscience c’est être pleinement présent, ici et maintenant.

banmtccarreElle résulte du fait d’orienter volontairement l’attention sur son expérience présente, sur son ressenti non verbal, corporel et sensoriel et de l’explorer avec ouverture, que nous la jugions agréable ou non, tout en développant une attitude de tolérance et de patience envers soi. La pratique de cet état de Pleine présence a des effets positifs sur la santé qui ont été prouvés scientifiquement. Bénéfique dans notre environnement relationnel et professionnel, elle amène à être pleinement conscient de l’instant et de ses sensations, pensées et émotions.

Elle favorise l’harmonisation des fonctions physiologiques et psychologiques, renforce le système immunitaire et remédie naturellement aux pathologies liées aux différents types de stress, caractéristiques de notre époque. Elle permet ainsi la découverte d’un état de sérénité et de bien-être propice à la concentration, l’amélioration des troubles du sommeil, des douleurs chroniques, des états dépressifs et de leurs rechutes, et un accompagnement bénéfique dans la prise en charge de certaines maladies.

La méditation de Pleine Conscience consiste à être conscient de l’instant présent en se focalisant sur ses perceptions, sensations, pensées et émotions. On porte son attention cette expérience vécu et ressenti, sans chercher à vivre quelque chose de précis, on accepte ce qui vient, sans jugement, sans définir ce qui apparaît comme bien ou mal.

L’état de Pleine conscience représente une modalité de fonctionnement mental qui peut survenir spontanément chez tout être humain. L’expérience cognitive de cet état de pleine présence à l’instant a été le sujet de nombreuses recherches et expériences cliniques qui en valident les bienfaits ; des publications scientifiques, nombreuses et des plus sérieuses en témoignent.

Annonce Spéciale : Comment un débutant en méditation est passé de la frustration à la plénitude et est devenu un véritable passionné ?

Ces études scientifiques sur l’expérience de la pleine présence et ses correspondances neurobiologiques se sont multipliées ces dix dernières années à un rythme exponentiel. Les recherches de la communauté scientifique qui se sont faites dans la coopération entre scientifiques et contemplatifs, comme au sein du « Mind & Life Institute », a conduit à des applications bénéfiques de la Pleine Conscience dans les champs médicaux, thérapeutiques, éducatifs et de l’entreprise. La mindfulness, est aujourd’hui prescrite par le corps médical et plus largement dans les domaines de la relation d’aide, de l’accompagnement à la personne, de l’éducation, des organisations et de l’entreprise.

« Vivre en pleine conscience, c’est régulièrement porter une attention tranquille à l’instant présent. Cette attitude peut modifier notre rapport au monde de manière radicale, apaiser nos souffrances et transcender nos joies. J’aimerais vous initier à cette expérience qui a changé ma vie » Christophe André.

Les origines

La pleine conscience est l’objectif de nombreuses pratiques méditatives anciennes, mais aussi de démarches psychothérapeutiques récentes. Voilà au moins 2.000 ans que la méditation est inscrite au cœur de la philosophie bouddhiste. Et à peu près autant d’années que le mot existe dans l’Occident chrétien, mais avec un sens différent : chez nous, la méditation suggère une longue et profonde réflexion, un mode de pensée exigeant et attentif. Cette démarche, que l’on pourrait dire analytique, réflexive, existe également dans la tradition bouddhiste. Mais il y en a aussi une seconde, plus contemplative : observer simplement ce qui est.

La première est une action, même s’il s’agit d’une action mentale (réfléchir sans déformer). La seconde est une simple présence, mais éveillée et affûtée (ressentir sans intervenir).
C’est elle dont les vertus soignantes intéressent le monde de la psychothérapie et des neurosciences depuis quelques années. Le mot méditer vient d’ailleurs du latin meditari, de mederi, « donner des soins à »… La diffusion de sa pratique en Occident a essentiellement trouvé sa source en Tich Nhat Hanh, moine bouddhiste vietnamien.

La méditation de pleine conscience représente en quelque sorte la première world therapy, pour reprendre le terme anglais se référant aux pratiques médicales rassemblant des influences diverses : racines orientales et codification occidentale. Nord-américaine, pour être plus précis, puisque les premiers à l’avoir importée dans le monde de la psychologie scientifique, et à lui avoir donné son assise et son rayonnement actuel, furent un psychologue américain, Jon Kabat-Zin, et un psychiatre canadien, Zindel Segal.

Article connexe : La méditation améliore le cerveau ! C’est ce que révèle une étude d’Harvard…

Au début des années 1980, John Kabat-Zinn développe aux Etats-Unis un programme d’entrainement à la pleine conscience pour aider les personnes souffrant de stress et de maladies chroniques. Ce programme a pour particularité d’être laïc (il ne fait pas référence à des aspects religieux), très structuré, court (8 séances hebdomadaires) et dispensé en groupe. Sous le nom de MBSR (Mindfulness Based Stress Reduction program), ce programme a connu un développement important en Amérique du Nord et en Europe.

Une vingtaine d’année plus tard, MBSR a été repris par trois chercheurs psychothérapeutes, Zindel Segal, John Teasdale et Mark Williams, qui développaient un programme de prévention de la rechute dépressive. Ils ont complémenté le programme MBSR avec des éléments de thérapie comportementale et cognitive et ont rédigé un manuel très détaillé. C’est ainsi qu’est apparue la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (MBCT). Depuis, ce programme a été décliné dans différentes adaptations pour différents types de problèmes.

La Pleine Conscience est le miracle grâce auquel nous pouvons vivre pleinement chaque instant de la vie, que ce soit en mangeant une mandarine, en jouant avec des enfants ou en faisant la vaisselle. Les principes simples et directs qu’énonce le célèbre maître zen Thich Nhat Hanh sont universels et chacun peut y découvrir des trésors. Par cet enseignement, où méditation et action ne sont pas séparées, nous sommes invités à redécouvrir la véritable beauté de la vie au fil de notre quotidien, à apprécier chaque minute, chaque seconde du miracle de la réalité. Le miracle de la Pleine Conscience nous apprend à retrouver l’émerveillement de l’enfant devant le monde et à nous reposer dans le calme et la paix de notre nature profonde.

=> Pour en Savoir Plus 

La Médecine Traditionnelle Chinoise à l’hôpital…

La Médecine Traditionnelle Chinoise à l’hôpital…

La Médecine Traditionnelle Chinoise à l’hôpital…

img ban mtc

Acupuncture, massages, « pratiques psycho-corporelles » comme le Qi Gong… Il y a encore quelques années, la présence de la médecine traditionnelle chinoise à l’hôpital aurait fait sourire. Voire, suscité l’indignation de certains soignants. Mais depuis quelques années :

 

La mode de « médecines complémentaires» arrive dans les hôpitaux publics

C’est par exemple le cas du projet qui a été implanté dans quatre hôpitaux de la région de Chicago en 2003 par le docteur Patrick Massey, un médecin qui détient aussi une ceinture noire, sixième dan, en Tai Ji Quan (Tai Chi Chuan). Il explique avoir mis en place ce programme d’initiation au Tai Ji Quan, le seul en son genre aux États-Unis, afin d’offrir aux patients une forme accessible d’exercices physiques susceptibles d’améliorer de façon marquée leur qualité de vie.

 

banmtccarreLe docteur Massey rapporte que plusieurs participants font état d’un niveau accru d’énergie, d’un meilleur sommeil, d’une douleur réduite, d’une digestion améliorée, d’une réduction de leur stress, d’un besoin réduit de prendre des médicaments pour contrôler leur pression artérielle et d’une capacité accrue à gérer les effets secondaires de leurs traitements de chimiothérapie ou de radiothérapie.

 

Le docteur Massey affirme que le concept de « mise en forme » implique trop souvent des exercices vigoureux et une sudation abondante tandis qu’il serait possible, dit-il, de tirer des bienfaits pour la santé d’exercices modérés, comme le Tai Ji Quan.

 

En France, après deux ans d’études sur le sujet, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris a signé en 2011 un accord avec le Ministère de la Santé Chinois, pour développer des échanges bilatéraux en matière de médecine chinoise : acupuncture, hypnose, ostéopathie, massages complètent la prise en charge au sein des établissements. Leur développement fait même partie du plan stratégique 2010-2014.

 

La médecine chinoise attire de plus en plus les Français, patients comme médecins. La Pitié-Salpêtrière a donc ouvert un centre dédié à cette pratique qui est actuellement utilisée en complément de la médecine conventionnelle pour lutter contre les effets secondaires des médicaments anti-cancéreux ou pour la réhabilitation de patients victimes d’un Accident Vasculaire Cérébral (AVC).

 

La Médecine Traditionnelle Chinoise pour tout le monde ?

La médecine chinoise ne s’oppose pas à la médecine occidentale. Elles se complètent efficacement sans empiéter sur leur territoire respectif. La médecine chinoise est issue de traditions ancestrales qui impressionnent par l’acuité de ses théories et surtout par ses résultats.

 

Les médecins occidentaux, à la lueur des expériences menées, ne rechignent plus à faire appel à la Médecine Traditionnelle Chinoise. L’important n’est pas de comparer les deux médecines et de souligner leurs différences mais davantage d’envisager comment il est possible de travailler ensemble. Il n’y a donc pas de restrictions ou de mise en garde particulière, si ce n’est de trouver le bon praticien, formé à la Médecine Traditionnelle Chinoise.

 

Pour en savoir plus et commencer à pratiquer la Médecine Traditionnelle Chinoise en apprenant les gestes qui soignent, depuis chez vous et dès maintenant lisez cet article sur la page suivante => La Médecine Traditionnelle Chinoise : Un point – Un geste – Une plante

img ban mtc
Les causes des maladies en Médecine traditionnelle chinoise…

Les causes des maladies en Médecine traditionnelle chinoise…

Les causes des maladies en Médecine traditionnelle chinoise…

img ban mtc

La plupart du temps, la Médecine Traditionnelle Chinoise tente de circonscrire les causes des maladies en qualifiant les types de déséquilibres (Vide, Excès, Stagnation, etc.), et en déterminant quels Viscères ou quelles fonctions ils touchent. Les causes peuvent être externes (symbolisées par des conditions climatiques), internes (surtout de nature émotive) ou autres.

Les 5 causes externes sont :

  • le Vent,
  • le Froid,
  • l’Humidité,
  • la Chaleur
  • et la Sécheresse.

Ces conditions climatiques sont cause de maladies lorsqu’elles sont excessives ou lorsque l’organisme est trop faible pour les endurer. Elles attaquent alors par la bouche, le nez ou les voies cutanées. Le Vent et le Froid combinés, par exemple, peuvent provoquer des éternuements, de la fièvre, des raideurs musculaires, etc. Bien sûr, si on dit qu’une maladie est causée par un Feu du Foie par exemple, ça ne signifie pas que le Foie est physiquement plus chaud, mais qu’il est exagérément actif, qu’il prend trop de place, qu’il « surchauffe ».

 

Les 7 causes internes sont :

  • la Colère,
  • le Chagrin,
  • la Tristesse,
  • la Frayeur,
  • la Joie,
  • le Souci
  • et la Peur.

En effet, la Médecine traditionnelle chinoise a toujours banmtccarreconsidéré que les facteurs émotionnels influencent fortement la santé. Chaque émotion blesse l’Organe auquel elle est associée. À titre d’exemple, la Colère blesse le Foie; et la Peur, les Reins.

Les autres causes sont toutes celles qui ne concernent ni les facteurs climatiques ni les émotions. Ce sont :

  • une constitution faible;
  • le surmenage;
  • une vie sexuelle excessive ou frustrée;
  • les blessures et les accidents;
  • les parasites et les poisons;
  • l’alimentation (un manque d’équilibre dans l’hygiène alimentaire).

 

Guérir le corps et l’esprit

Un examen exhaustif de la littérature scientifique montre bien que la Médecine traditionnelle chinoise est un système de santé cohérent, mais bien différent du système occidental.

Acupuncture, massage et pharmacopée sont les trois mots-clés de la médecine traditionnelle chinoise. Souvent pointée du doigt pour son manque de rigueur scientifique, elle obtient pourtant des résultats qui attirent de plus en plus de malades.

Dans la Médecine Traditionnelle Chinoise, le corps et l’esprit sont liés : la souffrance de l’un se répercute donc sur l’autre. L’homme et la femme sont replacés au sein d’un environnement : le ciel et la Terre. Ils sont vus comme un tout, dans leur globalité.

La médecine occidentale, avec ses spécialistes très pointus, a eu tendance à oublier cet aspect, ce qui explique peut-être l’engouement actuel vers les médecines alternatives. Pourtant ces deux médecines ne s’opposent pas, au contraire, elles se complètent.

Pour les Chinois, notre corps est en perpétuel mouvement, avec un équilibre permanent mais instable entre deux éléments essentiels, le yin et le yang.

Le yin est le principe femelle, passif. Il est le symbole de l’ombre et de la Lune. A l’opposé, le yang est le principe mâle, actif, représentant la lumière et le Soleil. L’équilibre entre les deux est essentiel pour que chaque chose dans l’univers soit en harmonie.

Une personne est en bonne santé lorsque l’énergie circule bien dans son corps, le long des canaux méridiens. La moindre perturbation de l’harmonie entre le yin et le yang crée un déséquilibre, un manque d’énergie ou un excès. Ces anomalies se manifestent sous la forme de multiples symptômes, troubles du sommeil ou douleurs diverses par exemple.

Pour soigner les maladies, les médecins ont à leur disposition quatre solutions thérapeutiques :

  • une pharmacopée de plusieurs centaines de plantes,
  • l’acupuncture,
  • le massage,
  • et la diététique.

Près de 60% des malades atteints d’un cancer font appel à des médecines alternatives. C’est le cas notamment de l’acupuncture qui peut permettre de soulager certains effets secondaires liés à la chimiothérapie.

Pour en savoir plus et commencer à pratiquer la Médecine Traditionnelle Chinoise en apprenant les gestes qui soignent, depuis chez vous et dès maintenant lisez cet article sur la page suivante => La Médecine Traditionnelle Chinoise : Un point – Un geste – Une plante

img ban mtc
Les bénéfices du Qi gong et du Tai Chi sur la santé…

Les bénéfices du Qi gong et du Tai Chi sur la santé…

Les bénéfices du Qi gong et du Tai Chi sur la santé…

img ban mtc

Et si les arts martiaux se mettaient au service de notre santé ?

C’est le cas du Taï chi chuan et du Qi Gong. Souvent pratiqués dans les jardins, ces suites de mouvements lents font penser à une danse ou un combat. Aujourd’hui, le Taï chi chuan et le Qi gong commence à se pratiquer dans les hôpitaux.

Qi est souvent traduit par Energie et Gong signifie travail. Ce terme désigne un ensemble de pratiques énergétiques variées, issues de la tradition chinoise, visant à l’épanouissement individuel et au bien-être, à l’entretien de la santé, à l’harmonie entre le corps et l’esprit ainsi qu’à l’équilibre général entre les parties du corps et les systèmes qui le composent.

Les exercices de Qi Gong utilisent des mouvements, des postures corporelles, des exercices de respiration, ainsi que la concentration de l’esprit. Les différentes méthodes combinent chacune à sa manière, et selon des objectifs particuliers :

  • le travail du corps,
  • la maîtrise du souffle,
  • l’attention de l’esprit.

tai-chi et qi gong 2Le but général est de faire circuler le Qi dans le corps, de le tonifier en s’inspirant des connaissances de la médecine traditionnelle chinoise. Le Qi Gong permet de renforcer le corps, de le rendre plus souple, d’optimiser les fonctions physiologiques.

Il aide chacun à entretenir sa santé et sa vitalité par une pratique corporelle et respiratoire, et à trouver la détente et le calme intérieur nécessaire à un bon équilibre physiologique et psychique. Le Qi Gong peut aussi être un moyen de traitement ; selon les pathologies, des exercices spécifiques peuvent être proposés, suite à un bilan énergétique. Le Qi Gong est accessible à tous, et à tout âge de la vie.

Notons que le Qi Gong se distingue du Tai-chi par ses mouvements plus courts et isolés qui peuvent parfois être exécutés en position couchée, tandis que le tai-chi est essentiellement pratiqué en posture verticale.banmtccarre

Le Tai-chi était au départ une technique de combat transmise oralement, de maître à élève, dans le plus grand secret au sein de familles de paysans. Son origine demeure difficile à déterminer, histoire et mythe étant inextricablement liés.

Au fil des années, la technique du Tai-chi s’est beaucoup simplifiée et adoucie, même si certains maîtres ont continué à transmettre les notions martiales traditionnelles (par exemple, la connaissance des points vitaux mortels).

En 1976, lors de la réouverture des universités en Chine, on a assisté à un changement majeur. Le Tai-chi est alors devenu une discipline accessible à la masse et enseignée dans les programmes d’éducation physique universitaires. Le Tai-chi est aujourd’hui considéré comme une « gymnastique énergétique globale ».

 

Mais quel est leur intérêt thérapeutique ?

Les séries d’exercices très lents permettent de travailler doucement les muscles des patients et trouver les positions les plus justes pour soulager leurs tensions. Au-delà des bienfaits physiques, le Taï chi et le Qi gong, joue aussi sur le moral des patients.

Si les malades peuvent être surpris au début, ils trouvent rapidement un intérêt à pratiquer cet art martial. Après avoir découvert le Taï chi ou le Qi gong à l’hôpital, la plupart des patients souhaitent par la suite le pratiquer comme un loisir.

 

“Au lieu d’être des patients qui subissent la douleur, qui subissent la maladie, ils redeviennent tout d’un coup des acteurs, ils s’amusent, ils ont envie de faire du sport, ils ont envie de pratiquer une activité physique et de vivre pleinement”

Dr Luce Condamine

Médecin et professeur de Taï chi à l'hôpital Henri-Mondor

Des auteurs américains ont effectué une revue complète des bienfaits du Qi gong et du Tai chi sur la santé.

Soixante-dix-sept articles ont rencontré leurs critères d’inclusion. Neuf catégories de groupements ont émergé :

  • la densité osseuse,
  • les effets cardiorespiratoires,
  • la fonction physique,
  • les chutes et les facteurs de risques connexes,
  • la qualité de la vie,
  • l’auto-efficacité,
  • les résultats rapportés pas les patients,
  • les symptômes psychologiques
  • et la fonction immunitaire.

Les auteurs ont conclu à des résultats significatifs et cohérents pour un certain nombre d‘avantages à la pratique du Qi gong et du Tai chi. Ils suggèrent également que les futurs recherchent parviennent à déterminer les similitudes et équivalences de ces deux pratiques.

Pour en savoir plus et commencer à pratiquer la Médecine Traditionnelle Chinoise en apprenant les gestes de Qi Gong et de Tai Chi qui soignent, depuis chez vous et dès maintenant lisez cet article sur la page suivante => La Médecine Traditionnelle Chinoise : Un point – Un geste – Une plante

 

img ban mtc

Pin It on Pinterest